La participation de Marie à la médiation salvifique du Christ

La participation de Marie à la médiation salvifique du Christ

Toute la vie de Jésus sur terre était l'obéissance au Père par amour. Il a parlé : «Je fais toujours ça, ce qui lui plaît " (J 8, 29). En faisant la volonté du Père, il a sauvé tout le monde.
Par le sacrifice d'obéissance fait sur la croix, il a réconcilié les hommes avec Dieu. En tant que "second Adam" en notre nom, il a montré au Père l'amour le plus parfait. Ainsi, il est devenu le seul médiateur entre Dieu et les hommes.
Est-il si facile d'aimer Dieu et de lui obéir comme Jésus-Christ? ?
Tout le monde devrait coopérer avec Jésus-Christ.
Lequel du peuple a coopéré le premier et le plus parfaitement avec Christ à l'œuvre du salut? ? Qui imiterait le mieux son obéissance à la volonté du Père ?

Marie collabore avec le Christ à l'œuvre du salut

Joseph et Marie ont amené l'enfant Jésus au temple de Jérusalem, afin de le consacrer à Dieu selon la loi de l'époque. Puis un homme nommé Siméon a parlé à Mary :
«Voici, celui-ci est destiné à la chute et au soulèvement de beaucoup d’Israël, et à un signe, à qui ils s'opposeront. Et une épée transpercera votre âme " (Luke 2, 34-35).
Dans les paroles de Siméon, Marie entend l'annonce des souffrances de la Mère et du Fils. Son fils, Jésus Christ, sera-ce, que certains suivront avec toute leur dévotion, les autres, en revanche, se battront contre lui, ils s'opposeront à lui. La vie de Jésus sera donc abondante en souffrance, mais ce sera une souffrance salvatrice, parce que cela amènera les gens à se réconcilier avec Dieu. Marie partagera cette souffrance salvatrice de son Fils.
Au cours de l'Annonciation, Marie a accepté de coopérer avec le Christ dans l'œuvre du salut. Alors peut-être qu'elle ne l'a pas bien compris, ce qui l'attend, mais elle a fait totalement confiance à Dieu. Dit-elle : «Voici, je suis la servante du Seigneur, que cela me soit fait selon ta parole " (Luke 1, 38). Grâce à la prophétie de Siméon, elle a mieux compris la volonté du Père. Il ne craint pas les souffrances annoncées. Elle a coopéré fidèlement avec le Christ
pour toute la vie. Elle est restée avec lui dans l'amour du Père et des gens. Elle l'a suivi. Elle a fait preuve de gentillesse envers les gens, juste comme lui. Elle a souffert avec lui jusqu'au bout. On la voit sous la croix, où la prophétie de Siméon s'accomplit enfin. Il n'abandonne pas Jésus à l'heure la plus difficile de sa vie. Elle est avec lui, lorsqu'il est sur la croix, il donne la vie au nouveau peuple de Dieu - le peuple de la nouvelle et éternelle alliance.
C'est pourquoi le Concile nous apprend, cette : "La Sainte Vierge a fait son pèlerinage de foi et a fidèlement gardé son union avec son Fils jusqu'à la croix, auquel, cela ne s'est pas produit sans le décret de Dieu (pour. J 19, 25), Elle a souffert le plus profondément avec son unique-engendré et a été unie à son sacrifice dans son esprit maternel…" (KK 58). Alors Mary, Mère de Jésus, elle a coopéré avec le Christ tout au long de sa vie terrestre. Le moment, quand à la mort du Christ, l'Église est née, En tant que mère, Marie commence à coopérer avec le Christ, médiateur unique, vivre et sauver dans l'Église. Il participe toujours à la médiation du Christ. Le Conseil nous rappelle cette vérité en disant, que pour : Les titres sont utilisés pour la Sainte Vierge : Avocats, Aide des chrétiens, Aides (Médiateurs). Vous comprenez ces titres comme ça, qu'ils n'enlèvent rien ou n'ajoutent rien à la dignité et à l'efficacité de l'action du Christ, le seul médiateur " (KK 62).

L'Église honore Marie dans sa coopération et ses souffrances avec Jésus-Christ

L'Église appelle Marie la Mère des Douleurs et la Reine des Martyrs. Il honore ses grandes souffrances, se souvenant de la prophétie de Siméon (Luke 2, 34-35), échapper à l'Égypte (Mt 2, 13-15), Jésus perdu à Jérusalem (Luke 2, 44-45), rencontre avec Jésus sur le chemin du Golgotha ​​et à la croix (J 19, 25), retrait de la croix et enterrement (Mt 27, 9-60). L'Église honore la souffrance de Marie, Mère de Dieu le jour 15 septembre, en la fête de Notre-Dame des Douleurs. Il les médite sur les mystères joyeux et douloureux du chapelet. Il en chante dans des chansons mariales. Il les regarde pendant le "Chemin de Croix" et "Amers regrets". Il y a même une dévotion spéciale appelée "Le Chapelet des Sept Douleurs de la Sainte Mère".
En honorant Notre-Dame des Douleurs, l'Église met l'accent sur la participation de Marie à la souffrance salvifique du Christ. Il nous la présente comme un modèle d'amour pour Dieu et notre prochain. Nous devons la suivre dans l'acceptation de la souffrance en union avec le Christ. Nous devons apprendre d'elle, comment faire la volonté du Père. Avec elle, nous devons accomplir de mieux en mieux nos tâches envers le monde résultant de notre union avec le Christ.
26 d'août 1969 an, en la fête de Notre-Dame de Częstochowa, pcs. Cardinal Stefan Wyszyński, Primat de Pologne, il a appelé les prêtres et les fidèles, réunis à Jasna Góra, afin qu'ils deviennent les aides de Marie, et imitant ainsi Marie dans sa collaboration avec le Christ. L'aide de Mary veut vaincre le mal avec son acte de bonté, hâter le moment du triomphe total du bien sur le mal. Il veut devenir un avec le Christ dans ses souffrances et ses expériences, comme sa mère l'a fait en croyant, que la souffrance a un pouvoir salvateur en elle-même.

Comment vais-je répondre à Dieu ?
Marie a été emmenée au ciel et n'a cessé de coopérer à l'œuvre salvifique du Christ. Grâce à son amour maternel, il prend soin de nous maintenant, "Frères de son fils, toujours pèlerins et exposés aux épreuves et aux dangers " (KK 62). Il ne veut qu'une chose, afin que nous puissions venir dans notre patrie, à la maison du Père.
Elle est pour nous un modèle de foi et d'amour et d'union parfaite avec le Christ. Elle est pour nous "un exemple de cette affection maternelle, qui doit animer toute collaboration pour la régénération des personnes dans la mission apostolique de l'Église " (KK 65). Il faut l'imiter.
À la fête de la Mère de Dieu, surtout en vacances 15 septembre, quand nous l'honorons comme notre triste mère, J'apprendrai d'elle, comment coopérer avec le Christ. Je vais lui demander, pour me soutenir dans la suite de Jésus-Christ, et surtout son obéissance et son amour envers le Père et sa bonté envers les gens.

■ Pensez:

1. Jakie proroctwo wypowiedział Symeon w świątyni jerozolimskiej ?
2. Kiedy Maryja wyraziła swoją zgodę na współpracę z Chrystusem w dziele zbawienia ?
3. W jaki sposób współdziałała Maryja w zbawczym dziele swego Syna ?
4. Kiedy w życiu Maryi wypełniło się w całej pełni proroctwo Symeona ?
5. Kiedy w liturgii czcimy Matkę Bożą Bolesną ?

■ Souvenez-vous:

41. Jak Maryja współpracowała z Chrystusem w dziele zbawienia ?
Marie a collaboré avec le Christ à l'œuvre du salut par son obéissance et son amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *